samedi 29 novembre 2014

Cybercolonial 1ere partie : Belles Lettres d'une Rose méconnue chapitre 4 2e partie.



Dehors, près des parterres fleuris aux azalées, Jean rongeait son frein.
 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3a/Jean_Gabin_Touchez_Pas_au_Grisbi.jpg/290px-Jean_Gabin_Touchez_Pas_au_Grisbi.jpg
 Il s’ennuyait ferme, en avait assez de faire la ronde, d’autant plus qu’il ne s’était pas restauré. Il avait l’impression d’être le dindon de la farce, avec ce clébard fort encombrant et capricieux qui ne cessait de tirer sur sa laisse, voulant folâtrer dans les herbes. Des bribes de musique lui parvenaient ainsi que des fumets délicieux de cailles rôties. L’épreuve à endurer lui paraissait à peine moins dure que celle d’un biribi. Il râlait parce qu’il aurait bien fumé une clope, mais Daniel Lin avait été formel là-dessus : pas de paquets de Gitanes, c’était anachronique. Une idée cocasse lui vint : ce sacré Julien ne s’arrêtait pas de sucer des gommes à mâcher ; il en était à son quatrième paquet en deux heures. A ce train-là, il allait bientôt ressembler à une barrique. Mais, bon sang ! Il aurait tout de même pu lui refiler deux ou trois bonbons !
Tout à ses pensées, il relâcha sa pression sur la laisse du briard. Le chien mit à profit cette relative liberté pour filer comme le vent jusqu’à un massif qui l’intriguait fortement. Il stoppa net devant celui-ci, ne cessant de japper, de gémir et de grogner. Ses pattes grattaient le sol.
« Chut ! Non de D… Tu vas nous faire repérer, O’Malley ! »
Gabin s’approcha d’un pas faussement désinvolte tout en sifflotant une chanson célèbre de Mistinguett, J’ai de belles gambettes, c’est vrai… A la vue de ce qu’avait découvert le briard, l’ancien boy de revue ouvrit grand la bouche :
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/1c/Bundesarchiv_Bild_102-11610,_Revue-T%C3%A4nzerin_Mistinguett.jpg/220px-Bundesarchiv_Bild_102-11610,_Revue-T%C3%A4nzerin_Mistinguett.jpg
« Merde ! Un domestique en livrée avec des rouflaquettes qui dénoncent le British plein pot ! Il a un sacré coquart derrière la nuque ! J’m’en vais lui faire les poches, tout cela n’est pas normal. »
En fouillant dans la veste, Gabin mit la main sur un passeport d’origine britannique. L’homme s’appelait Andrew McLane, fonctionnaire sans plus de précision.
« Ouille ! Un espion du Foreign Office, mais qui a bien pu l’assommer ? »
Tandis que le comédien se faisait ces réflexions, le chien O’Malley reprenait de plus belle ses aboiements.
« Mais qu’as-tu donc ? » S’énerva Jean.
Il ne put en dire plus, sidéré par la vue de l’homme qui sortait des fourrés. L’inconnu était vêtu d’un costume croisé rayé qui bridait sur son ventre. Mais ce n’était pas là ce qui pouvait choquer. Il brandissait un revolver à long canon et arborait un sourire inquiétant. Une moustache, visiblement postiche, ornait sa lèvre supérieure. L’intrus balança :
« Alors, mon zigue, tu me reconnais pas ? T’as pris un coup de jeune ! Ah, c’est vrai ! Tu bosses pour le camp adverse ! Putain ! Arrête ce chien, qu’est-ce qu’il a avec mes mollets ! »
Instinctivement, Jean Gabin avait levé les mains, démontrant ainsi qu’il n’était pas armé. O’Malley tournait autour de Francis Blanche - car c’était bien lui -, ses crocs bien visibles. Un court instant, le briard eut le culot de mordre la jambe gauche de l’espion français. 

 http://www.babelio.com/users/AVT2_Blanche_470.jpeg
« Ouaille ! Foutre ! »
Il allait presser la détente et abattre la malheureuse bête innocente lorsqu’il changea d’avis. Ses yeux s’illuminèrent. Jean Gabin, cependant, avait esquissé un mouvement afin de profiter de la distraction de Francis Blanche pour lui sauter dessus, mais son geste fut stoppé net. Le noir se fit devant ses yeux et il tomba comme une masse. Alors, seulement, le chien lâcha le mollet malmené non sans avoir pris dans sa gueule un morceau conséquent de tergal. O’Malley gémit puis flaira le corps inanimé du comédien. Un deuxième individu était arrivé sur les lieux ; lui aussi portait des vêtements anachronique mais d’une coupe bien plus élégante que ceux de son acolyte. Détail notable : un monocle noir ornait un de ses yeux. Ses mains étaient gantées de blanc. Il avait tout d’un majordome de haut lignage.
« Mon cher Francis, vous avez encore gaffé. Il eût fallu que vous fussiez davantage discret.
- Mon commandant…
- Appelez-moi Monsieur Paul !

 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/9/9c/Paulmeurisse.jpg
- Monsieur Paul, je ne pouvais prévoir la présence incongrue de ce chien.
- Je crois savoir à qui il appartient. Retournons sous les arbres et attendons Emilienne. Elle aura du gras pour nous. »

**************

Tandis qu’Aurore-Marie, se sentant légèrement mieux, s’apprêtait à s’asseoir sur le tabouret du piano, aidée de Marguerite de Bonnemains qui plaçait les partitions sur le pupitre, avec discrétion, la soubrette prénommée Emilienne, feignant de poursuivre son service, s’était éclipsée aux étages supérieurs. Pour qu’on ne lui posât aucune question quant à sa présence dans les corridors conduisant aux chambres, elle avait emprunté un plumeau, alibi incontournable de son rôle. Pourtant, il n’était pas l’heure de faire les poussières. Elle savait que les plans se trouvaient à l’étage, sans plus, mais elle allait devoir inspecter toutes les pièces.
En bas, au fond du salon, Saturnin s’agitait sur son siège. Il s’épongeait le front avec un mouchoir brodé à ses initiales, soufflait tant et plus, essayant de faire taire les gargouillements de son estomac. Alors que la baronne de Lacroix-Laval commençait à pianoter Un Sospiro, la partition perdue par Franz Liszt à l’Agartha, que tout le monde, dans cette piste temporelle, attribuait au pianiste mondain viennois Stephan Brand, le replet fonctionnaire retraité sentit qu’une bête familière se frottait contre ses jambes. 

 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/7c/Louis_Jourdan_in_Madame_Bovary_trailer.JPG/290px-Louis_Jourdan_in_Madame_Bovary_trailer.JPG
« Ufo, toi ici ? Mais, qu’as-tu dans la gueule ? Est-ce bien une cuisse de canard confit ? Où as-tu chipé cela ? Montre ! »
Le chat comprenait tout ce qu’on lui disait ; il répondit à Saturnin par un miaulement explicite. Puis, il fila en direction de l’office. Le vieillard se leva afin de le suivre. Il eut du mal à ne pas faire tomber sa chaise, mais le bruit s’avéra suffisant pour qu’une invitée plus que dodue se rendît compte du départ brusqué de Monsieur de Beauséjour. Adolphine du Ponts-de-Cé murmura : « Quel malotru, celui-là ! » tout en s’éventant. 
Aurore-Marie, après les épanchements romantiques rêveurs et passionnels du Liszt réattribué, choisit d'enchaîner son concert avec quelques bluettes salonardes plus intimistes. Tandis que Marguerite de Bonnemains poursuivait son office de tourneuse de page, la baronne égrena au clavier l'insignifiante quoiqu' émouvante pièce de monsieur César Franck  Les plaintes d'une poupée, œuvrette plus facile, tombant bien dans les doigts des pianistes amateurs, que le compositeur avait commise en 1865.
 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a9/Cesar_Franck_At_Organ.jpg/220px-Cesar_Franck_At_Organ.jpg
Michel Simon soupira :
« C'est pas très bath, tout ça! Cette bégueule commence à m'gonfler! Après les discours ronflants - avec le grand dessein d'Barbenzingue en prime -, puis les vers d'mirliton de cette gonzesse, voilà qu'il faut se farcir encore de la zizique! Heureusement qu'avec l'ptit communicateur fourni par Daniel, on pourra enregistrer par le son et l'image l'prochain laïus secret des pontes du boulangisme en toute discrétion sans prendre de notes sur un calepin!
- Y sont fortiches techniquement, dans les années 2500 d' la piste 1721 ter !
Louis Jouvet, reprenant un de ses tics d'acteur caractéristiques, se permit d'ajouter :
- J'ai pas la berlue! As-tu remarqué que Madame la baronne vient d' peloter en toute discrétion la poupoule à Boulange? Et l'autre lui a rendu affectueusement sa caresse de salope! Sacrées mains baladeuses!
- Le p'tit cul d'la drôlesse m'intéresse pas! L'est trop maigre! Cracha Michel Simon. Tu sais bien que je préfère les grosses avec des malles arabes!
Julien s'en mêla :
- Dommage qu' Marcel, Môssieur Alban de Kermor et Erich soient pas là ce soir pour se marrer un brin! L’un est en Afrique en train de se la couler douce tandis que les deux autres fouillent - sous les ordres de Bismarck ! - font les poubelles de l’ambassade d’Allemagne. Au fait... Saturnin vient de se tirer ! Pas fou le bedon ! Dites, les aminches, vous trouvez pas qu'ma perruque d'valet en livrée commence à me chauffer? C'est le sauna là-dessous! J'ai des gouttes de sueur plein l'front! Ça la fiche mal dans une soirée sélect! »
Après César Franck, Aurore-Marie attaqua de petites pièces de monsieur Gabriel Fauré. Ce fut alors que ses pensées vagabondèrent à  travers l'espace-temps.
Le pouvoir des quatre hypostases qui habitaient la poétesse lui avait permis d'acquérir cette faculté qu'eût envié tout adepte des paradis artificiels : Madame de Saint-Aubain n'avait parfois même pas besoin du recours à l'opium – ce qui était présentement le cas – pour que ses pérégrinations la transportassent vers des ailleurs rêvés peut-être, crées sans doute par ses facultés spirituelles, mais plus certainement potentiels car obéissant à une conception de l'univers que seuls partageaient le Chœur Multiple et l'ancienne Énergie Noire.
Le transport débutait immanquablement par une sensation de volupté, suivie par le sentiment que la psyché se détachait de l'être de chair, l'abandonnait, recouvrant une totale liberté néo-platonicienne, afin de voguer vers d'autres cieux. Cette impression de décorporation, très douce, n'était pas perçue par les autres personnes puisque l'enveloppe humaine d'Aurore-Marie demeurait assise au piano. L'esprit d'Aurore-Marie, telle une élévation baudelairienne, franchissait les nuées, optant pour une direction ou pour l'autre, selon ses envies : des milliers de pistes, de circonvolutions, s'offraient au choix de la Grande Prêtresse. Madame la baronne préféra d'abord la réminiscence, le retour à une scène vécue quelques semaines auparavant avec sa fille adorée : Lise de Saint-Aubain. Le piano demeurait le sujet de cette rêverie.
 
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/96/The_Daughters_of_Edward_Darley_Boit,_John_Singer_Sargent,_1882_(unfree_frame_crop).jpg
L'acuité des perceptions plurielles, qu'elles soient olfactives, visuelles, gustatives ou auditives fut si forte qu'elle déclencha en elle une ivresse nonpareille. Le réalisme, le vécu de la scène, dépassaient en intensité tout ce que les photographies les plus nettes, les peintures les plus soucieuses du détail authentique et les descriptions les plus précises extirpées de la plume inspirée des romanciers naturalistes ou victoriens avaient pu produire en ce XIXe siècle qui se targuait de science et de progrès. Aurore-Marie perçut un léger bruissement sur sa gauche : un incongru papillon tropical, du genre Machaon, enfui de quelque insectarium, tentait vainement d'échapper au piège de la vitre du salon de musique. La scène se situait à Rochetaillée, non pas à Lacroix-Laval ; et la présence du lépidoptère ne s'expliquait aucunement parce que l'insectarium était propre à la seconde propriété. Le mobilier Louis XVI et la serre communiquant avec le salon étaient d'autres éléments indubitables de cette localisation du souvenir reconstitué.
Une exhalaison composée de senteurs végétales et florales allant des plus communes aux plus recherchées par les parfumeurs frappa les narines de la poétesse : les fleurs embaumaient effectivement la pièce, qu'elles provinssent des réceptacles de faïence conçus à cet effet ou de la serre, souventefois grand’ouverte, tandis que des sachets de pot-pourri émergeaient des tiroirs opportunément entrouverts d'une commode de merisier et d'une console d'un style dit provençal, arlésien ou rustique en pin Douglas et en épicéa, surmontée d'un Santibello sous cloche représentant Jean Le Baptiste, que Madame la baronne avait acquis en 1882 lors d'une vente aux enchères des anciens biens meubles d'une confrérie de pénitents bleus marseillais du XVIIIe siècle. La couleur du froc de ces pénitents baroques était obtenue grâce à la bien connue plante tinctoriale nommée indigotier. Il y avait aussi ces traces de poudre de riz, de fragrance surannée, comme issues de quelque fantomatique et émerillonnante errance d'une Dame de qualité venue, à son seul plaisir, des millésimes 1780 et quelques, doux spectre bienfaisant aux coruscants paniers, aux joues fardées et farinées et à la perruque haut-perchée qui eût éprouvé l'envie de venir chatouiller la raison et les sens jusqu'à y instiller la volupté. Cette Dame était née, avait vécu et était morte ici : elle avait été un fragment de la réalité d'autrefois, pièce d'un monde disparu qui, si on l'en ôtait, réorienterait celui-ci vers une autre direction, un temps où son absence serait davantage due au non accomplissement d'une potentialité harmonique de transsubstantiation, de métamorphose du virtuel en vrai, qu'aux aléas d'une mort in-utero ou d'une non-rencontre de ses parents. Tout le cours d'une histoire familiale en serait donc changé et peut-être davantage... Il y avait donc le temps où elle fut, et les temps autres où elle ne fut jamais, à moins qu'existassent également des multitudes de possibles où elle eût été autrement. Restait à savoir quel démiurge ou dieu, universel comme indigète, décidait de chaque piste, de la vie et de la mort de millions d'ombres potentielles, quoique précieuses, comme l'eût affirmé un Homo spiritus de la quatrième civilisation post-atomique, et quel était le nombre de ces pistes où la Dame pouvait être, différente tout autant que semblable... Chaos ou déterminisme? Téléologie ou contingence? Le débat n'était jamais clos.
Aurore-Marie pianotait : elle interprétait de petites pièces extraites de  L'Album pour la Jeunesse  de Schumann. Lise questionnait sa maman, du haut de ses sept ans. Cette dernière, à l'écoute, cessa de jouer. Elle prit une coupe d'albâtre contenant de délicieux macarons qu'elle tendit à la fillette. Lise choisit un macaron à la pistache tandis que sa génitrice optait pour une gâterie parfumée à la fraise : elle adorait ces friandises colorées, ce péché mignon sans conséquence sur sa silhouette fluette.
 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/98/Earlybessielove.jpg
« Mon cœur, ne parle pas la bouche pleine! » Réprimanda-t-elle Lise qui recommençait à formuler sa demande expresse avant même que la manducation du gâteau, son croquage, son mâchouillage et son absorption fussent accomplis dans les bonnes formes physiologiques.
« Maman, quand donc m'apprendrez-vous à jouer comme vous? » questionna le petit elfe blond qui ressemblait à la petite fille d'une célèbre toile de John Singer Sargent.
 http://uploads1.wikiart.org/images/john-singer-sargent/miss-cara-burch-1888.jpg
Comme pour répondre à la place d'Aurore-Marie, Alexandre, de son perchoir, se mit à siffler comme un merle moqueur. La poétesse intima à son cacatoès l'ordre de se taire. La réponse de la mère à l'enfant demeura évasive :
« Je ne suis point professeur de musique, mon amour, et c'est un pédagogue qu'il te faut. Je te promets que d'ici trois mois, je louerai les services d'une personne compétente. »
Lise soupira, mais parut se contenter des paroles de sa maman. Elle s'éloigna, tournant le dos à sa génitrice, comme une dryade ou nymphe, une déesse Flore du Printemps, une sylphide éthérée de fresque pompéienne vêtue de son vaporeux péplos reprise par le maître du quattrocento Sandro Botticelli. Ses petits pas mutins de trotte-menu aux chaussures vernies furent perçus par la femme de lettres. Elle sembla s'effacer comme un pur esprit, sans même qu'elle eût quitté la pièce et que se refermât la porte du salon. L'atmosphère de cette évocation prit alors un tour plus onirique que réel, plus flouté, plus impressionniste.
Cependant, Aurore-Marie paraissait davantage préoccupée par un détail apparemment insignifiant du décor que par l'estompage de l'image de sa fille : il y avait un tableau à la mauvaise place, oui!
C'était un double portrait d'Aurore-Marie avec Lise, avec en arrière-plan la tapisserie myosotis du grand salon de l'hôtel de l'avenue des Ponts, huile sur toile exécutée par un peintre lorrain qui se réclamait du naturalisme, Emile Friant,
 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/59/Emile_Friant_Ombres_port%C3%A9es_1891.jpg
 dont la baronne de Lacroix-Laval avait particulièrement apprécié, lors d'un précédent salon, son étrange peinture à l’étonnante exactitude. Bien qu'il employât les thèmes inspirés du quotidien chers aux impressionnistes, le style d'Emile Friant demeurait académique et correspondait au tempérament artistique d'Aurore-Marie, assez conservateur, puisqu'il refusait les procédés avant-gardistes d'un Claude Monet ou d'une Mary Cassatt. L'art d'Emile Friant le confinait à un réalisme quasi photographique, instantané. Cette prémonition picturale de l'hyperréalisme américain du XXe siècle avait pour défaut d'atteindre une précision et une acuité glacées, comme si, par le biais du coup de pinceau, de la figuration, Friant eût été doté de la vue la plus parfaite au monde. 
Cependant, une peintre rattachée au courant impressionniste faisait dans les préférences de la poétesse exception à la règle pour des raisons bien particulières : Marie Bracquemond. Aurore-Marie avait vu le portrait de sa sœur Louise, peint autour de 1880. Notre parnassienne s'était proprement ébaudie face à cette œuvre maîtresse du fait que la jeune femme en robe blanche qui y avait posé incarnait une surprenante synthèse physique entre les caractères de Charlotte Dubourg et les siens propres! L'expression de ce visage inoubliable, de ces prunelles, frappa d'autant Aurore-Marie qu'elle crut à quelque magie picturale combinatoire, mosaïcale, qui avait produit cette ressemblance.
 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/6d/Auf_der_Terrasse_in_S%C3%A8vres.jpg
Le portrait d'Emile Friant ne cessait d'intriguer Madame la baronne car, en plus de l'incongruité de sa localisation, ici à Rochetaillée, accroché négligemment en plein salon de musique, au lieu de trôner, bien en évidence, dans le grand salon de l'hôtel particulier des Saint-Aubain de l'avenue lyonnaise des Ponts, deux points de détail l'irritaient : lorsque Lise avait posé, elle ne portait ni ruban dans les cheveux, ni médaille pieuse. Aurore-Marie avait exigé que le peintre se basât de l'autoportrait d'Elisabeth Vigée-Lebrun avec sa fille, remontant au début des années 1790, où jà s'amorçait la tendance vestimentaire du retour à l'antique, qui conduirait aux errements dénudés des Merveilleuses en spencer et des beautés sans chemise ou en robe dites à la victime. Dans cette version déviante de la peinture, Lise avait noué dans sa chevelure un ruban jaune paille assorti à sa robe d'organsin beige et elle avait au cou cette médaille de la Vierge en émail, héritage de la grand-tante Olympe, morte en 1874, que celle-ci avait acquise lors d'un pèlerinage à La Salette en 1856, avant que les nouvelles apparitions mariales de Lourdes n'en vinssent à détrôner cette pieuse destination. 
 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1e/Lebr03.jpg
Le regard affûté de notre blondine, bien qu'elle se mût dans une version éthérée de la réalité, constata avec effroi que les dissemblances entre les deux tableaux allaient croissantes. Seul un œil exercé, déjà familiarisé avec la toile, pouvait détecter ces différences. Il sembla à Madame de Saint-Aubain que la nuance de blond des cheveux de Lise différait désormais de la sienne : davantage de reflets dorés et moins de mèches cendrées, alors que dans le réel, ces parures fantastiques et plantureuses étaient strictement pareilles. Il en fut de même pour les prunelles de l'enfant : elles se teintaient désormais plus d'émeraude que d'ambre. Une expression altière marquait le visage de Lise tandis que sa mère en devenait plus languide. Or, dans la réalité, mère et fille étaient si semblables qu'on eût pu faire accroire que l'une était la jumelle décalée temporellement de dix-huit ans de l'autre. La chose s'aggrava : Aurore-Marie perdit la douloureuse sensation de sa cicatrice, de cette césarienne qui avait permis à Lise de voir le jour. Cela voulait-il dire que désormais, du moins, dans ce monde parallèle où sa psyché s'était aventurée, Lise n'était plus vraiment sa fille surnaturelle, son hypostase issue de la parthénogenèse, conforme à la doctrine de Cléophradès, mais un banal enfant conçu selon les lois normales de la nature portant conséquemment les caractères partagés des Saint-Aubain et des Lacroix-Laval? En ce cas, Lise eût dû devenir brune ou châtain aux yeux bleus ou verts, comme il était courant du côté d'Albin, ainsi qu'Aurore-Marie pouvait l'apprécier chez sa belle-sœur Rose du Forez-Archambault à l'hautaine beauté. Détail encore plus dramatique : elle perdit tout souvenir d’un des vers de son « Imploration en forme de thrène à un amour perdu », en l'occurrence le « Parturiente blessée, meurtrie, je souffre en ma gésine.» Plus de parthénogenèse, plus de césarienne, plus de cicatrice, une conception normale de l'enfant, un poème métamorphosé et peut-être, en fin de compte, l'espérance d'une santé meilleure, sans kyste ovarien et sans fausses couches! Aurore-Marie songea au schéma d'un arbre qui, à partir d'un tronc, va en se ramifiant, incarnation de la descendance avec modification de Charles Darwin. Il y avait un temps zéro où le tableau de Friant était à l'hôtel lyonnais de Madame. Puis venaient les deux premières ramifications avec le changement de localisation de la peinture et les différences vestimentaires de Lise. Ensuite, une harmonique temporelle numéro trois s'enclenchait, avec une Lise physiquement divergente, ce qui changeait jusqu'à l'œuvre et la santé de la baronne de Lacroix-Laval vouée désormais à une postérité. Aurore-Marie alla jusqu'à pressentir qu'elle avait eu un fils vivant et bien portant en 1886. Il se nommait Adrien et hériterait de la baronnie. C'était donc cela, le pan multivers tétra-épiphanique? Jusqu'où les divergences et ramifications des possibles pouvaient-elles donc aller? Il eût fallu que Kulm lui révélât davantage les arcanes cachés contenus dans les codex volés en 1877, toutefois s'il s'en souvenait. Aurore-Marie préféra évacuer ces cogitations boiteuses au profit de ses souvenirs familiaux, à commencer par sa grand-tante Olympe, connue pour sa piété excessive comme en témoignait la médaille de Lise numéro 2.

Demeurée vieille fille, Olympe avait collectionné à tout crin les objets pieux de toutes sortes : ces vilains rosaires espagnols de buis encombrant le château de Marcy provenaient de sa hoirie. Confite en dévotions, à demi impotente après une attaque d'apoplexie, grand-tante Olymp', comme la surnommait Aurore-Marie fillette, passait ses dimanches à la messe et ses semaines à confesse, transportée dans une chaise roulante spéciale conçue à son seul usage sur le modèle de celle du régicide Couthon. Ses goûts saint-sulpiciens tournaient à la monomanie et à la simonie médiévale, car les acquisitions d'objets de piété, particulièrement ces affreuses et envahissantes statues de plâtre polychrome du Christ, de la Vierge et des saints intercesseurs, effectuées parfois dans des conditions troubles, avaient quelque chose de simoniaque, bien que le trafic des choses saintes et des reliques eût été condamné depuis plusieurs siècles. Grand-tante Olymp' faisait maigre le mercredi et le vendredi. Elle contait à sa petite-nièce ses mésaventures spirituelles, sa visite au curé d'Ars en 1852, dont la réputation de sainteté était telle qu'on lui attribuait un pouvoir de guérison miraculeuse, vertu cardinalice dont, en dehors des clercs, seuls en avaient été dotés nos rois thaumaturges qui, à chaque sacre, touchaient les écrouelles avec la fameuse sentence : « Le roi te touche, Dieu te guérisse. » Elle aimait à évoquer sa visite à Rome sous Grégoire XVI, son autre pèlerinage à Saint-Bertrand de Comminges, la venue historique de Lacordaire  à Lyon en 18., sur l'invitation du primat des Gaules, et son prêche enflammé prononcé en la cathédrale lugdunaise pour le carême prenant. Dès lors, Olympe avait renforcé sa pratique pieuse par la mortification et l'ascèse, revêtant cilice, haire, discipline et ceinture de chasteté tels les dévots de la Compagnie du Saint-Sacrement sous Louis XIV, s' imposant l'abstème d'alcool et de viandes autres que piscicoles, le respect du jeûne des quatre temps et la fréquente communion, au point que ses amies pussent l'assimiler à une crypto ou néo janséniste. 
Chose plus grave : Olympe était tombée sous la coupe d'un frère dominicain qui la poussait à rédimer ses péchés par crainte de la damnation éternelle. Ce frère avait ressuscité la fâcheuse pratique des billets de confession, produits à la moindre peccadille de la vieille dame. De même, le moine lui imposa le rachat de ses fautes supposées par l'acquisition d'indulgences, comme s'il eût été l'épigone du sinistre Tetzel.  
Lors des repas de famille, Aurore-Marie, encore fillette, avait du mal à retenir son agacement au spectacle d'un bénédicité imposé par Olympe dont la voix chuintante l' insupportait d'autant plus que cette bouche quasi édentée marmottait sans arrêt des patenôtres et des ave entrecoupés de malédictions à l'encontre des païens et des juifs, qui, conformément aux écrits de Saint-Paul, avaient crucifié Notre Seigneur Jésus (ce fut à cette occasion qu'Aurore-Marie découvrit hélas l'antisémitisme), imprécations, diatribes, admonestations et invectives haineuses prononcées comme si elle eût fulminé l'anathème, qui se concluaient immanquablement par un misere mei Deus ou par un ora pro nobis. Lorsque la chenue grenouille de bénitier entamait le cycle des neuvaines par on ne savait plus quelle lubie, partager avec elle notre pain quotidien devenait dès lors pis qu'une corvée : une pénitence. Les bondieuseries de la vieille fanatique finirent par provoquer l'esclandre un beau jour du printemps 1873 : Aurore-Marie se mit à pouffer si fort qu’Albéric, son père qu'elle craignait plus que tout autre, la punit en la consignant deux jours durant dans sa chambre, prise des repas incluse. Dès lors, et jusqu'à sa mort, grand-tante Olymp' ne fut plus désignée par la frêle enfant que sous le sobriquet de vieille bique. Son influence sur la pauvre fillette fut paradoxale : elle développa chez Aurore-Marie un sentiment d'irréligion, plus exactement anticatholique, qui faciliterait son adhésion au gnosticisme cléophradien. Par esprit de contradiction, la crainte d'une mort prématurée due à sa santé chancelante pousserait la femme de lettres à la palinodie : il fallait que la religion de ses pères la resservît afin d'obvier au risque de damnation éternelle qu'impliquait son choix néo-païen.
Le trépas de la vieille bigote obtuse, survenu aux plus fortes chaleurs de juillet 1874, inaugura une série de deuils familiaux. Elle demeura hantée par la déréliction et la Géhenne jusqu'à son ultime souffle, comme si elle eût subi conjointement les tourments du supplice de Tantale, de l'épée de Damoclès et de la tunique de Nessus. Elle murmura en expirant les sept dernières paroles de Jésus-Christ sur la croix, un exemplaire datant du XVIe siècle du maître ouvrage de Thomas A Kempis relié en maroquin chamois et imprimé par Robert Estienne en mains. Devenu son légataire universel, Albéric de Lacroix-Laval s'empressa de se débarrasser du legs encombrant des statues saint-sulpiciennes. Il les vendit à l'encan, pour la somme dérisoire de trois sous le saint de plâtre. Les curés de campagne et les abbés en manque de décorum édifiant se ruèrent comme des charognards avides sur les écuries du domaine de Marcy où s'entassaient pêle-mêle ces horreurs. Comme il ne put tout écouler, Albéric fit détruire à coups de masse  les rondes-bosses surnuméraires et sans valeur, quelles que fussent ses dénégations exprimées lorsque ses amis légitimistes de ces temps d'ordre moral et de vocation de la France au Sacré-Cœur lui demandaient : « Alors, et tes statues de tante Olympe? Sont-elles bien exposées en leur chapelle musée de Marcy comme tu le lui avais promis? Maltraiter les choses saintes serait un sacrilège pour nous, monarchistes, tu le sais bien.» Au final, la famille ne conserva qu'un Saint Roch : la statue, toute écaillée, finit comme épouvantail à moineaux du verger de Lacroix-Laval.
 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/0f/%C3%89glise_Saint-Sulpice_(Paris)_-_Statue_de_Saint_Jean-baptiste_de_Louis-Simon_Boizot.JPG/166px-%C3%89glise_Saint-Sulpice_(Paris)_-_Statue_de_Saint_Jean-baptiste_de_Louis-Simon_Boizot.JPG
Six mois après Olympe, son aînée Philippa, veuve de bonne heure, la rejoignit dans la tombe. Aveugle depuis un quart de siècle après un méchant glaucome, elle avait déshérité son fils Urbain, sa seule postérité, qui croupissait à Charenton depuis 1863 : elle avait fait valoir contre lui la loi d'internement de 1838 du fait qu'il menait une vie de débauche et qu'il avait fomenté voilà douze ans un attentat contre le comte de Chambord. Craignant la déshérence, elle avait partagé son héritage en trois parts égales. Le testament holographe dédiait à Albéric l'essentiel du patrimoine foncier et des actifs : rentes, bons du trésor, actions, obligations souscrites auprès du crédit lyonnais et chose plus étonnante pour une famille foncièrement antisémite, auprès du crédit mobilier des frères Pereire et de James de Rothschild. Les deux autres tiers (liquidités, bijoux, bibliothèque (uniquement constituée de livres de piété), propriétés secondaires) allèrent à sa gouvernante Euphémie et aux œuvres catholiques de charité et de philanthropie. Aurore-Marie eut sa part d'héritage : les partitions de piano de la grand-tante, un peu moisies, remontant à sa jeunesse napoléonienne.
Puis, Louis, le petit frère de cinq ans, mourut du croup au printemps 1875. Ce fut à cette époque que la mère bien aimée, Louise-Anne, au merveilleux accent irlandais et aux yeux jaunes comme ceux de sa fille, fut atteinte par un squirre de l'utérus. Profondément pieuse comme toute Irlandaise qui se respecte, Louise-Anne née de Boscombe O' Meara, croyait aux vertus curatives des eaux miraculeuses. Elle pensait que la source bénite de Lourdes la guérirait de son cancer. Ce fut grande pitié de voir cette petite femme du même blond que sa fille transportée en chaise longue pour un hasardeux pèlerinage jusqu'à la grotte de Massabielle en mars 1876, alors que les Pyrénées n'avaient pas encore déneigé. Devant l'innocuité de ce remède, la médecine normale fut tentée en vain : Aurore-Marie vit disparaître sa pauvre maman dans d'atroces souffrances au mois d'août suivant.
Moins d'un an après, Albéric reçut la singulière visite d'émissaires – dont Kulm- dépêchés par un grand homme d'État, Adolphe Thiers, qui vinrent, elle le sut bien vite, s'enquérir d'elle : les tétra-épiphanes la tenaient dans leurs rets, à jamais. Albéric mourut lors des troublantes péripéties qui émaillèrent l'intronisation d'Aurore-Marie en tant que Grande Prêtresse, le 18 septembre 1877, après une phase accélérée d'instruction religieuse hérétique.
Désormais seule, mademoiselle utilisa la couverture mondaine et littéraire (son don poétique était toutefois là bien réel) afin de cacher ses activités occultes et gnostiques. Elle trouva comme époux le benêt idéal en la personne du bonasse et tout autant fortuné qu'elle Albin de Saint-Aubain, d'une dynastie de soyeux remontant à Olivier de Serre, sous Henri IV. Elle dut cependant conserver dans sa vie publique les faux-semblants de la catholicité. En fait, elle continuait à participer aux assemblées secrètes de son culte. Elle se montra parallèlement au public en aristocrate décadente et féministe, dont le modèle littéraire était le Des Esseintes de Huysmans. Elle collectionna les bijoux païens, commandant en 1885 à un lapidaire vénitien de la calle dei Lunghini une série de camées faunesques dans le style d'Arnold Böcklin ainsi qu'une bague à l'effigie de Julien L'Apostat, Grand Prêtre des Tétra-épiphanes de 360 à 363, dont elle exigea que l'artiste reproduisît la plastique schématique et symbolique des monnaies impériales du IVe siècle.    
Ce fut donc une jolie femme très appréciée, petite de taille, certes, mais du fait qu'elle plaidait la cause féministe, elle attira l'attention de la duchesse d'Uzès, qu'elle rencontra en 1884 lors d'un vernissage de ses œuvres de sculpteur que cette dernière signait du pseudonyme Manuela. Chacune appuya avec conviction la cause de l'autre. Alors que la fortune d'Albin avait été quelque peu écornée par la crise de la sériciculture et par le krach de l'Union Générale du sieur Bontoux,
 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/51/Eug%C3%A9ne_Bontoux.jpg
 banque catholique dans laquelle Aurore-Marie lui avait imprudemment conseillé d'investir, le patrimoine des Lacroix-Laval continuait à fructifier on ne savait comment. On murmurait en haut lieu que le baron Kulm n'y était pas étranger : mais nul ne savait d'où provenaient les sommes colossales qu'il brassait au profit de notre parnassienne, sommes réinvesties dans la réalisation des plans secrets de la duchesse et du général Boulanger. C'était comme si elles eussent été la résultante de spéculations venues du futur, voire de spoliations particulières exercées contre certaines catégories de personnes persécutées pour leur religion ou leur supposée race, dans un avenir odieux, horrible et indéterminé.
Aurore-Marie se voua  - simple façade?- au mécénat patrimonial et à l'érudition médiévale et antique. Elle se passionna pour les sources d'inspiration du sculpteur roman auvergnat Amaury de Saint-Flour et pour la philologie carolingienne et romane, voyageant beaucoup à travers la France jusqu'à épuiser son peu de santé, veillant des heures dans les bibliothèques, penchée sur les évangéliaires, bibles et autres sacramentaires des VIIIe au XIIe siècles : le sacramentaire de Gélase, celui de Gellone,

 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/7e/Sacr_Gellone_1v.jpg/280px-Sacr_Gellone_1v.jpg 
l'évangéliaire d'Ebbon, la bible de Charles le Chauve, le tropaire d'Auch, le Commentaire de l'Apocalypse de Saint-Sever de Beatus de Liebana, le psautier d'Utrecht et le Moralia in Job de Grégoire le Grand, enluminé au XIIe siècle, n'eurent plus de secret pour elle. De même, la fragile enfant n'omit pas de s'initier à l'art de la fresque romane en visitant, entre autres lieux consacrés, Saint-Nicolas de Tavant et Saint-Savin sur Gartempe dont l'Arche de Noé l'impressionna tout particulièrement. En fait, elle recherchait la persistance du fait tétra-épiphanique durant le Haut Moyen-âge, en quête de messages cachés dans l'iconographie, qu'elle fût sur pierre ou parchemin, messages qu'Amaury de Saint-Flour avait utilisés dans ses opus de cire las détruits en 1077. Madame de Saint-Aubain fit exécuter en 1886 des fouilles à Saint-Géraud d'Aurillac, sous le patronage éminent de la duchesse : on y découvrit les restes d'un baptistère mérovingien avec des remplois de chapiteaux du Bas-Empire ainsi qu'une tombe d'abbé : le squelette, encore revêtu d'une chape, fut assimilé aux restes d'Adalard de Riom, abbé de Saint-Géraud en exercice en 1077. Des envoyés de la secte en Catalogne lui communiquèrent des informations des plus intéressantes : le document qui indubitablement contenait des informations cryptées de nature cléophradienne n'était autre que la fameuse tapisserie de la Genèse de Gérone. Elle se promit de se rendre à destination afin d'en avoir le cœur net. Cependant, l'étoile montante du général Boulanger et l'insistance de son amie la conduisirent à se détourner -temporairement, pensait-elle- de son but érudit : une occasion de prendre la revanche sur 1870 tout en restaurant l'ancienne royauté se présentait : il fallait saisir cette opportunité. Aurore-Marie le fit.

*****************

L'esprit d'Aurore-Marie repartit vers une autre pérégrination, d'un futur personnel supposé, cette fois ci. Elle était toujours dans le salon de musique de Rochetaillée, mais les années avaient quelque peu fui. Quel merveilleux spectacle!
Elle identifia l'auteur de cette petite merveille : Gabriel Fauré, bien sûr! Elle ne pouvait savoir que cette œuvre s'intitulerait Dolly, bien qu'elle eût compris que le futur qu'elle voyait n'était qu'une potentialité et qu'elle eût été portée à croire malgré tout à sa réalité et à son accomplissement. Elle ignorerait la date exacte de composition puis de création de Dolly, postérieure à sa disparition dans la piste de temps où elle était sûre de trépasser avant 1903. Un musicologue de l'avenir lui eût expliqué que Dolly serait composée à compter de 1894 et créée entre autres par Alfred Cortot quelques années plus tard mais cela ne changeait rien à l'affaire : Aurore-Marie se savait intimement condamnée par la science quoiqu'en eût dit Maubert de Lapparent.
Ce qui frappa la mère dès l'abord fut l'âge de Lise : elle lui donnait de douze à quatorze ans, et elle était son portrait craché au même âge, c'est à dire en 1876-1877. Puis, elle vit qu'elle-même avait renoncé aux boucles anglaises au profit d'un lourd chignon. Finis aussi les poufs avec leurs ressorts permettant de s'asseoir sur les doux sièges capitonnés des compartiments Pullman de première classe pour dames seules ou à bord de ces calèches dites « huit ressorts ». L'ampleur du vêtement, du derrière, s'était reportée sur les manches. L'âge supposé de l'enfant faisait dater la saynète de 1894-1895 : un avenir pas si lointain, quoique Aurore-Marie se trouvât les traits tirés, les yeux cernés, le regard plus mélancolique que jamais, les joues plus creuses, plus pâles, sans omettre un ou deux fils d'argent deçà-delà sur les tempes cendrées témoignant d'une amorce de blanchissement prématuré et d'un progrès de la maladie de langueur,  comme autant de prodromes de la mort. 
 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/41/Renoir_jeunes_filles_au_piano_vers_1892.jpg/220px-Renoir_jeunes_filles_au_piano_vers_1892.jpg
Lise était demeurée fidèle aux robes claires d'organdi, de satin, de percaline ou de soie, bien que du fait de son âge elle les portât plus longues. Son extraordinaire beauté gémellaire et juvénile émut la maman jusqu'aux larmes. Aurore-Marie se vit arrêter de jouer et prendre par la taille l'adolescente qu'elle tint tendrement contre elle. Elle caressa doucement la somptueuse chevelure d'or, de miel et de cendres de Lise, toute semblable à la sienne, qui tombait en volutes jusqu'aux reins et qu'elle avait agrémentée d'un ruban vieux-rose. Une ceinture de même teinte était nouée à la taille fine de la jeune fille. La poétesse s'entendit murmurer : « Oui, mon cœur, ma chérie, oui... Demain, tu pourras monter ma haquenée! » Et l'enfant de répondre :
« Oh, merci, Mère! Si vous saviez, maman, comme je vous aime! »
Une apostrophe ramena la baronne à la réalité de ce 1888. Une grande femme revêtue d'une robe rouge l'avait interpellée. Elle apparaissait telle une amazone, y compris dans les moindres accessoires. Ainsi, elle tenait à la main droite une cravache qui, visiblement, avait servi. Non invitée à la soirée, Mademoiselle de La Hire - car il s’agissait d’elle -  avait forcé le passage des nombreux domestiques, n’hésitant pas à les frapper de son attribut de cavalière, malgré leurs admonestations et leurs récriminations. Convaincue de son bon droit, elle avait même eu la force de repousser violemment le maître d’hôtel contre le mur du vestibule. Il s’était assommé contre la patère. Yolande était accompagnée d'une jeune fille gauche au regard pervenche angoissé, qui avait eu l'audace, pour ne pas dire l'outrecuidance de coiffer ses jolis cheveux châtains clairs d'anglaises similaires aux siennes. Sa toilette beige évoquait la mode américaine du Sud du fait de sa coupe quelque peu désuète. Daniel Wu aurait identifié cette robe comme provenant du film de 1948 Another part of the forest. Julien la reconnut : il s'agissait de Betsy Blair, alias O' Fallain. Aurore-Marie n’eut aucun mal à identifier la bringue en rouge dont elle connaissait la réputation et l’excentricité vestimentaire. La baronne de Lacroix-Laval ne pouvait se dérober à cette attaque frontale sans déchoir auprès de ses amis. Son tempérament différait de celui du chien de Jean de Nivelle, qui s'enfuit lorsqu'on l'appelle.

*************

Mais que devenait Saturnin ? Dans quel pétrin notre calamiteux vieillard s’était-il encore fourré ?
Connaissant le tempérament gourmand d’Ufo, l’ex fonctionnaire pistait le félin dans les corridors jusqu’à atteindre les communs et particulièrement l’office, autrement dit les cuisines. Il s’agissait pour le vieil homme de chaparder quelques reliefs de nourriture au nez et à la barbe des maîtres queux et marmitons qui s’affairaient à mettre la dernière touche au souper. Déjà, les effluves de bonne chère le faisaient saliver. Le félidé n’avait pas attendu Saturnin ; la preuve : les cris de réprobation qui se répandaient au-delà des pièces de l’intendance.
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/5a/Socks-clinton.jpg/220px-Socks-clinton.jpg
« Fichtre ! Sale voleur ! Rends-moi cette poularde ! »
« J’m’en vas lui donner un d’ces coups de pied, à ce chat ! Renchérit un marmiton à l’accent bourguignon.
Mais Ufo n’avait cure de ces manifestations de colère. Revenant en arrière, il se faufila entre les jambes de Monsieur de Beauséjour, tenant dans sa mâchoire une volaille entière dont le jus gouttait sur le carrelage. Saturnin admirait l’habileté de son compère à quatre pattes mais s’inquiétait pour lui-même : comment allait-il s’y prendre et justifier sa présence en ces lieux ? Un faux sourire coincé sur sa face couperosée, l’ancien factotum de Galeazzo s’avança, persuadé qu’il avait trouvé le bon stratagème pour tromper les cuisiniers.
« Mmmm… Que cela sent bon ! Messieurs, je viens aux nouvelles, de la part de Madame de Bonnemains. Elle m’a délégué en ambassade afin de connaître par avance le savoureux dessert que vous nous avez préparés.
- Pourquoi tant de curiosité, Monsieur ? Fit le chef cuisinier.
- Comment ! Vous ignorez que le Général est allergique aux fraises ?
- Il n’a jamais été question de fraises ! Vous nous grugez monsieur…
- De Beauséjour ! Vous me voyez soulagé de voir que vous connaissez l’allergie dont souffre notre brav’général.
- Monsieur de Beauséjour, donc. Ce chat, qui a osé s’accaparer d’une poularde, est-il à vous ?
Saturnin bégaya :
- N…non… Je ne le connais point.
- Tant mieux pour vous, reprit le chef cuisinier. Madame de Lacroix-Laval ne supporte aucun animal à poils : chat, chien, furet…
Incidemment, Saturnin s’était approché d’une desserte où des compotiers attendaient. Tout en discutant, face à son interlocuteur, ses mains exploraient les objets et plats qui reposaient sur la table. Il avait l’impression de s’apprêter à accomplir un exploit digne du roi des pickpockets de Londres : comment escamoter un larcin sans être ni vu ni connu ? Cependant, quelques gouttes de sueur trahissaient son stress. Le chef cuisinier n’était pas dupe du manège du vieil homme qu’il tint en haleine par sa conversation.
« Chef, chef ! Il vient de tremper sa main dans la crème anglaise ! S’écria un marmiton d’à peine seize ans.
- Fouchtra ! Renchérit le Bourguignon.
- Chef, je le ligote et l’amène à Madame la duchesse ?
- Pourquoi donc petiot ? Monsieur a faim ! Hé bien, moi, j’ m’en vais le nourrir ! »
Pis que l’éponge de vinaigre de la Passion, Saturnin dut ingurgiter pour aliment un torchon souillé de multiples taches. Manquant s’étouffer, il hoqueta, pris de nausées. Jamais un personnel stylé n’aurait dû se conduire ainsi vis-à-vis d’un invité. Mais la plupart étaient des extras engagés par le baron Kulm. Le chef cuisinier en titre, ancien pègre, avait retrouvé les travers de sa jeunesse lorsqu’il avait officié dans une bande rivale de celle de Tellier et de Marteau-pilon. Doué pour les pot-au-feu, une fois sa dette payée à la société et à l’Etat, il avait opté pour une reconversion dans la restauration, tout comme le Piscator.
Soudain, on entendit le Bourguignon jeter :
« Qu’est-ce que tu fiches ici, le valet ? Ce ne sont pas tes affaires ! »
Daniel venait de faire son entrée, Ufo dans ses bras. Punissant son animal de compagnie, le pseudo adolescent le corrigeait en lui administrant une petite fessée sur l’arrière-train.
« Alors, vilain chat, on vole la nourriture des humains, maintenant ?
- Miaouuu, fit le félin d’un air dédaigneux.
- Ah, p’tit, il est donc à toi ce voleur !
- Oui, m’sieur, mais je suis en train de le punir !
- Balance cette bête par la fenêtre! Tu vas rendre malade Madame la baronne !
- Je veux bien, mais arrêtez de faire des misères à Monsieur de Beauséjour. Vous ne voyez pas qu’il s’étouffe ? Lâchez-le !
- Pour qui te prends-tu, blanc-bec ?
- C’est que je connais Monsieur Saturnin de Beauséjour. Vous oubliez qu’il a ses entrées au Ministère ! »
A ces mots, le vieux bonhomme ridicule hocha la tête, tentant de dire « oui, c’est cela. »  
Le pouvoir de persuasion du chasseur était tel que les deux marmitons qui tenaient fermement Saturnin le relâchèrent.
Mais qui était donc ce providentiel freluquet ? Haletant et reprenant son souffle tout en s’essuyant le front, l’ancien chef de bureau remercia son sauveur.
« Ah, mon jeune ami, je vous rends mille grâces. Mais j’ignorais que Monsieur Wu avait un neveu d’un âge proche de Mademoiselle Violetta. Vous n’étiez pas avec nous, dans le vaisseau ? »
Un chut retentissant surgit dans l’esprit de Saturnin. Une poigne de fer acheva de convaincre Beauséjour de l’identité du domestique. L’adolescent le poussa sans ménagement à l’extérieur de l’office.
« Monsieur Wu, vous me la coupez ! Quel talent dans le maquillage ! Êtes-vous sûr que vous n’avez pas été comédien dans votre jeune temps ? Vous avez bénéficié de leçons auprès de Deburau et Frédéric Lemaître.
- Mais je suis toujours en représentation, Saturnin ! Ceci dit, vous m’avez fâché ! Il faut toujours que vous vous fassiez remarquer. »
Tout en marchant d’un pas vif vers le grand salon, les deux tempsnautes perçurent des aboiements plaintifs provenant du parc. S’avançant jusqu’à la porte-fenêtre entrouverte d’où la fraîcheur du soir s’infiltrait, Daniel se pencha pour mieux situer l’appel d’O’Malley.
« Zut ! Il est arrivé quelque chose à Jean Gabin ! J’aurais dû m’y attendre avec ce Bonnelles nid d’espions !
- Monsieur Wu, qu’allez-vous faire ?
- Vous, vous regagnez le grand salon et vous vous faites oublier ! Le reste ne vous regarde pas.
- Oui, j’ai compris… Gardez votre sang-froid ! »
Saturnin reprit la marche, penaud, tandis que Daniel, acrobate patenté, avait sauté du rebord de la balustrade. En quelques enjambées à peine, il rejoignit le fourré derrière lequel était étendu le corps évanoui de Jean Gabin. Se penchant sur le comédien, l’ex daryl androïde vit immédiatement que le coup qui avait contusionné la nuque n’avait pas été administré par une matraque du XIXe siècle, mais par un de ces objets plus souples en usage au milieu du siècle suivant. Aussi perspicace qu’un reporter de bande dessinée belge que nous ne nommerons pas, l’adolescent s’avisa de l’existence d’empreintes de pas provenant de deux individus différents. Ces traces avaient comme caractéristique de correspondre à des semelles de souliers non encore fabriqués en 1888. Quant au morceau de tergal que le briard s’obstinait à pousser de sa patte tout en poursuivant ses jappements, il vint corroborer les premières constatations du policier en herbe.
« Beau tissu par ma foi, provenant d’un bon coupeur de la rue Saint-Honoré. Aurais-je affaire à une bande d’espions français de la Guerre Froide ? Ah, Jean tente de reprendre conscience… Aidons-le. »

Revenu à lui, Gabin commença par se masser la nuque.
« Ouille ! Quel mal de chien ! Ah, Daniel Lin, j’ai été attaqué. L’homme que j’ai d’abord surpris n’était pas grand. Il portait une moustache sûrement  postiche, avait les cheveux bruns et une calvitie naissante. Plutôt replet de corps. Il parlait bien le français, comme vous et moi. Puis, j’ai été assommé. Le salopard qui a fait ça, je lui rendrais bien la pareille ! Vous avez une idée de qui ils sont ?
- Oui, bien entendu. Ils n’appointent pas au Deuxième Bureau mais au SDEC.
- Ah ! Ils ne sont donc pas de 1888 ! Ça complique bigrement les choses. On change nos plans ?
- J’accélère. Le message mental d’alerte est envoyé. »
Daniel avait bien agi à double titre. Il avait tu à Gabin la présence insolite à l’étage d’une source lumineuse baladeuse provenant apparemment d’une lampe torche, chose impossible en cette fin du XIXe siècle.
Il pensa :
« Les agresseurs de « Gueule d’Amour » sont là-haut. Ils fouillent les chambres. Ils ne doivent pas mettre la main sur les épures du Bellérophon et les cartes de l’Afrique. »
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/ru/thumb/e/e7/%D0%A1%D0%B5%D1%80%D0%B4%D1%86%D0%B5%D0%B5%D0%B4.jpg/200px-%D0%A1%D0%B5%D1%80%D0%B4%D1%86%D0%B5%D0%B5%D0%B4.jpg 
Sans plus attendre, le commandant Wu se transporta dans le château au premier étage. Jean Gabin crut que Daniel avait usé de son ultra vitesse.
Dès qu’il atterrit dans le corridor, il remarqua Violetta, une Violetta un peu agitée, bien qu’habilement dissimulée. Il la suivit avec la même discrétion, usant de ses facultés de camouflage, qui n’avaient rien à envier à celles de notre métamorphe. D’instinct, une porte plus ouvragée que les autres – faite pour qu’on la remarque ? – attira les deux tempsnautes. Ne souhaitant pas être repéré tout de suite par sa « nièce » et voulant voir comment elle savait se débrouiller comme espionne et fouineuse, Daniel ne franchit le seuil de cette supposée chambre que quelques secondes après la jeune fille. Il était temps : déjà, le balai lumineux de la lampe-torche de Heu-Heu approchait. On allait enfin connaître l’identité du ou de la complice des agresseurs futuristes de Jean Gabin et le commandant Wu laisserait à Violetta l’honneur de sa capture. Une fois en la place, une partie de cache-cache attentiste débuta, Daniel ne se jurant d’intervenir que si cela tournait au désavantage de l’adolescente, qui venait d’opter pour une apparence indétectable au sein de ce lieu plongé dans l’obscurité.

***********

Emilienne Ermont avait pour mission de retrouver les plans d’une arme atomique et d’un sous-marin nucléaire. Elle n’en savait pas plus. Les seuls renseignements dont elle disposait étaient leur vague localisation dans une des chambres dévolues aux invités. Elle avait déjà fouillé deux pièces, sans succès.
Légèrement contrariée, elle força la serrure d’une porte au fond du couloir, sur la droite. Son rossignol ne fit aucun bruit et le pêne lui obéit. Vite, elle appuya sur l’interrupteur de la lampe torche et  balaya de son rayon lumineux les aîtres. La lumière accrocha une silhouette féminine allongée dans un lit à baldaquin. De longs cheveux couleur blond miel recouvraient la taie d’oreiller immaculée. Emilienne pensa in petto :
« Zut, je me suis trompée ! La chambre est occupée ! A moins que… Il me faut la fouiller malgré tout. »
A petits pas feutrés, l’espionne pénétra dans la pièce. Sa lampe électrique effectua des cercles lumineux, éclairant fugitivement les différents objets disséminés un peu partout sur les meubles : bonbonnières, colliers et boucles d’oreilles en nacre, bracelet-montre – détail anachronique qui tranchait – peigne d’écaille, brosse à cheveux, cold cream, poudre de riz, vaporisateur fleurant bon le Numéro Cinq de Chanel (en 1888 !), tube de rouge griffé Balenciaga tirant sur le rose corail, des numéros de Life Magazine et du Harper’s Bazaar, un rasoir féminin pour faire peau nette sous les aisselles et ainsi de suite. 
 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/93/Harpersbazar.jpg/205px-Harpersbazar.jpg
« Mais où suis-je donc tombée ? siffla Heu-Heu entre ses dents. M’étonnerais que la gonzesse qui pionce là soit native du XIXe siècle ! »
Cependant, il fallait bien qu’elle fracturât quelques armoires et commodes afin de bien s’assurer que les plans qu’elle cherchait n’étaient pas là. Prudemment, elle commença par le petit meuble qui s’offrait face à elle. Délicatement, elle en sortit le premier tiroir, pour y découvrir stupéfaite de la lingerie froufroutante de gaze et de soie qui n’appartenait pas à une enfant : des soutiens-gorges à balconnet, fort pigeonnants (l’hôtesse de cette chambre en avait bien besoin), des gaines à la maille aérée, des guêpières, des caracos amis aussi des pantaloons plus conformes à la mode de 1888, des corsets et des jupons taillés dans la toile la plus fine.
Agacée, Emilienne remit le tiroir à sa place. Elle voulut s’emparer d’un autre, mais, patatras, ce fut le meuble entier qui tomba sur le parquet. Le bruit réveilla en sursaut la demoiselle qui dormait ici.
« What ? » fit la voix de la juvénile beauté. 
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a7/Joan_Fontaine_1942.jpg
DS De B de B rechercha instinctivement sa lampe de chevet. Tout embrumée de sommeil, elle se croyait encore dans l’Agartha et oubliait qu’elle ne disposait ici que d’une lampe à pétrole et d’un briquet. Découverte, ou en passe de l’être, Emilienne jeta :
« Merde ! Une Anglaise ! »
Tandis que l’espionne rebroussait chemin, Mademoiselle Deanna Shirley glapissait :
« Help ! On a pénétré dans ma chambre ! C’est intolérable ! On veut me voler ! »
Sous la colère et la peur, son accent so british ressortait. DS De B de B avait sauté du lit. Pieds nus, elle brandissait désormais une ombrelle pour toute arme. Visiblement, elle avait l’intention de bondir sur l’intruse, réagissant comme son propre chien O’Malley. C’était sans compter sur Emilienne, équipée de manière à parer toute éventualité. Avec la grâce travaillée d’une première danseuse, l’espionne exécuta une demi-boucle et, d’un pschitt, fit gicler sous le nez de la Britannique une bouffée de soporifique. Il était temps. Tandis qu’elle pressait la poire de son « arme », Emilienne avait eu la présence d’esprit de retenir sa respiration. L’effet du gaz fut instantané. Deanna Shirley retomba endormie sur le sol. On aurait cru une poupée de chiffon. Tandis qu’Emilienne s’échappait, ne calculant ni une ni deux, elle était loin de se douter de la présence d’une troisième personne dans la chambre de la fausse adolescente. Alors que la porte de la chambre se refermait dans un subtil grincement, le deuxième intrus se dévoila, sortant de derrière une tenture. Il s’agissait de Werner von Dehner, le plus habile des deux agents secrets du deuxième Reich. La preuve, il avait eu le temps de mettre sous son nez un mouchoir afin de réchapper aux fragrances du soporifique qui planaient encore.
« Gott Himmel ! Une autre équipe est sur la piste ! Mais ce n’est pas le Deuxième Bureau qui l’envoie.  Dois-je poursuivre ma fouille, ou en avertir mon supérieur ? »
Optant pour la première solution, Werner s’engagea dans le corridor.
Après deux nouvelles inspections infructueuses, Emilienne aboutit devant un double-battant en chêne sculpté de rondes-bosses qui représentaient des scènes incongrues de chevalerie tirées du Roland Furieux. Ce chef-d’œuvre d’ébénisterie (était-il nancéen ?) était doté d’un loquet en forme de boule en ivoire. Un peu échaudée, Emilienne hésita à le tourner. Bizarrement, il n’était pas verrouillé.  A peine eut-elle posé la main dessus, qu’elle sentit la matière se modifier sous la chaleur de sa paume : l’ivoire s’était mué en améthyste ! Les scènes médiévales elles-mêmes s’étaient métamorphosées, et désormais, un vitrail anglais du XIVe siècle ornait les deux battants, œuvre contemporaine du livre d’heures de la reine Marie. Avec mille précautions, l’espionne du SDEC entra dans la chambre mystérieuse. Elle était surélevée et comportait une rampe : il y avait trois marches à gravir. Une fois encore, les sensations tactiles d’Emilienne lui indiquèrent une modification : la boule de cuivre de la rampe s’était transformée en un énorme cabochon d’améthyste 
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/9f/GuerreroAm%C3%A9thyste.jpg/280px-GuerreroAm%C3%A9thyste.jpg
iridescent. Quand elle fut en haut, un vertige la saisit. Les murs semblaient tourner, s’inverser, gondoler, changer constamment de forme et de consistance tout en émettant une lueur interne, oscillant entre le lilas, le violet et l’argent. Ils furent tour à tour ambre, jaspe, granit, péridot, jade, saphir, rubis, topaze, jais, teck pour se stabiliser au stade de l’améthyste. Toute la chambre en était constellée. Des psychés gemmées aux appliques, du lit au lustre, des plinthes aux moulures du plafond, des armoires au pouf et aux fauteuils. Il en allait de même pour les différents objets : du plus trivial, la cuvette et le pot à eau, au plus raffiné. Il en allait ainsi pour les épingles à chapeau, et celles utilisées pour les bottines, pour les manches d’ombrelles, dont deux gisaient, abandonnées, sur une chaise, pour les vaporisateurs, les boîtes à pilules, les intailles, les caissons sculptés qui constituaient désormais le plafond. Lui non plus n’avait pas réchappé à l’étrange phénomène. Les magnifiques intailles présentaient à la fois des motifs antiquisants et renaissance, des profils romains et florentins. Un œil exercé y aurait reconnu le portrait de Constantin Le Grand et celui de Laurent de Médicis. Certains arboraient la grâce d’un Raphael ou d’un Léonard, d’autres évoquaient la beauté rousse de la Vénus de Botticelli. 
Alors qu’Emilienne murmurait :
« Purée ! En voilà un micmac ! Encore un peu, je me croirais au Palais des mirages du musée Grévin ! »
 http://www.linternaute.com/sortir/musee/reportage/musee-grevin/images/palais-des-mirages.jpg
une autre personne, sous une forme indécelable, pensait avec trouble :
« Oncle Daniel devrait être ici. Tout ce Bronx me rappelle quelque chose… »
« Mais je suis là, ma nièce ! Et je vais tout t’expliquer.
- Il est temps ! Mon cœur bat la breloque. Tu aurais pu te signaler avant ! Marre d’attendre sous cette forme peu confortable que Michel et consort daignent se manifester ici ! 
- Violetta, nous sommes dans la chambre transformiste d’améthyste, historiquement attestée dans les chronolignes 1724 à 1729. Le château de Bonnelles est sis à la confluence de plusieurs pistes temporelles, ce qui le rend protéiforme, multidimensionnel et instable. Il s’étend à travers plusieurs réalités. Seuls des intrus non humains ou non contemporains de 1888 peuvent être témoins des manifestations étranges résultant de sa construction, en ce lieu qui est un passage à travers les différentes réalités.
- Oui ! Voilà ce que ça me rappelle ! Cette ânerie, ce film bidimensionnel, Cube, du début des années 2000 !
- Ma fille, ne sois donc pas si sévère ! Tu les aimes bien, ces âneries ! »
L’adolescente métamorphe posa la bonne question. De sa voix flûtée, comme sortie d’un tisonnier :
« Mais qui est donc le concepteur de cette machinerie ? Il est fortiche ! Dans le noir, en me cachant, je n’ai rien perçu de spécial. »
Daniel répondit aussitôt :
« Ma nièce, tu t’en doutes, il n’est pas humain et n’appartient pas à cette époque, du moins n’en est-il pas natif, bien que pour l’heure, il officie sous les oripeaux du numéro deux des Tétra-épiphanes : je veux parler du baron Hermann Von Kulm. »
Violetta reprit :
« A quoi ressemble-t-il, ce bonhomme ?
- Un peu à Valentin le désossé, mais son apparence n’est qu’un masque. Fifille, tu appartiens aux privilégiés qui peuvent percevoir l’étrangeté de cette chambre constellée d’améthystes. Cela est dû à tes doubles origines, mi-métamorphe, mi-humaine, mais surtout native du XXVIe siècle et dotée d’une mémoire plurielle. Présentement, dans le multivers, les êtres capables d’appréhender et de déchiffrer les merveilles de cette pièce ne dépassent pas le million, et si je réduis encore les élus, ils se comptent sur les doigts des deux mains : Otto von Möll et son petit-fils Stephen, Franz Von Hauerstadt, mais il est hors concours, Erik Satie, parce qu’il a été initié, Gaston Leroux (relis Le Fantôme de l’Opéra), le sinistre inquisiteur du début du XVIIe siècle Dom Sepulveda de Guadalajara…
- Ah bon, oncle Daniel ?
- Oui, ma fille, je n’aime point nommer cet homme. Il me rappelle de forts mauvais souvenirs, la boulie entre autres… Mais je reprends : le mathématicien fou et génial Allan Turing (inutile de te dire pourquoi), Isaac Asimov, et, last but not least, le sieur Charles Merritt. »
 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/34/Isaac.Asimov01.jpg
Ce dernier nom fut jeté avec un mépris sans pareil.
Daniel lui aussi était dissimulé, derrière les courtines du dais. Il avait toujours son aspect de jeune valet adolescent. Mais ses bras étaient encombrés par un Ufo endormi qui émettait un doux ronronnement à peine perceptible. Tandis que cet échange muet se terminait, Emilienne, faisant fi de ses craintes, avait posé un pied circonspect sur le parterre changeant. En effet, le parquet avait laissé place à des dalles elles aussi d’améthyste, et ces gemmes se révélaient dans toute leur beauté sous l’éclat de lampe-torche. Ce fut à cet instant qu’elle sentit entre ses reins le canon cylindrique d’une arme à feu.
« Tut mir leid, Fräulein ! Les mains en l’air s’il vous plaît ! »
C’était Werner.
« D’où il sort celui-là ? Que fait-on, oncle Daniel ?
- On laisse les choses se dérouler. »

A suivre...

*****************